Comprendre le rhume

La plupart des gens présument que le rhume est un virus qui attaque le système respiratoire. Mais, la réalité est plus complexe qu’on ne le pense.

En fait, il ne s’agit pas d’un virus, mais d’un syndrome (soit un ensemble précis de symptômes) qui survient lorsque le système immunitaire réagit à la présence de corps étrangers. Plus de 200 virus peuvent causer l’ensemble des symptômes qui constituent ce que l’on appelle communément « le rhume », dont la congestion, la toux, l’écoulement nasal, le larmoiement et la pression sinusale. Il importe de comprendre que ces symptômes ne sont pas causés par le virus en soi, mais par la réaction du corps à celui-ci.

Lorsque le système immunitaire détecte la présence d’un corps étranger qui lui semble dangereux, certaines cellules envoient des messages à d’autres cellules pour les aviser qu’elles doivent déclencher les mécanismes de défense du corps. Le flux sanguin vers la région infectée augmente afin que des cellules immunitaires clés puissent y accéder et libérer des molécules pour combattre l’infection. Cette attaque peut provoquer une inflammation nasale et sinusale, une des principales causes de congestion.

Une fois que le virus a été éliminé, les choses mettent un certain temps à revenir à la normale.

La congestion est à l’origine de la pression inconfortable que les gens ressentent dans le visage lorsqu’ils ont le rhume. Une fois que le virus a été éliminé, les choses mettent un certain temps à revenir à la normale. On peut donc dire que le rhume prend fin seulement lorsque le corps cesse de le combattre, ce qui peut être un certain temps après l’élimination du virus, et certains symptômes causés par l’inflammation peuvent durer encore plus longtemps.

Il n’y a rien de mal à traiter les symptômes du rhume

Cette réaction est-elle nécessaire? En un mot, non. Depuis des milliers d’années, le corps humain évolue pour réagir aux envahisseurs, comme les agents pathogènes ou aux facteurs environnementaux. Le système immunitaire de nos ancêtres était beaucoup plus occupé que le nôtre à combattre les attaques de diverses espèces de bactéries, de virus et de parasites. La réaction immunitaire étant maintenant moins souvent sollicitée, nous avons ce que les médecins appellent un système immunitaire hyperactif qui traite de nombreux corps étrangers comme s’ils étaient dangereux, même s’ils ne le sont pas véritablement.

Par exemple, les chats peuvent causer des réactions allergiques extrêmes chez certaines personnes alors que d’autres ne ressentent absolument rien. Les squames de chat ne constituent pas à proprement parler une menace pour le corps, mais le système immunitaire des personnes qui y sont allergiques est conditionné pour réagir comme si c’était le cas. Autrement dit, il réagit de manière excessive à la présence de ces squames par rapport à celui des personnes qui ne sont pas allergiques aux chats. La logique est la même pour les virus qui causent le rhume : ils ne sont pas particulièrement dangereux, mais le corps réagit comme s’ils l’étaient. Par conséquent, on peut traiter les symptômes du rhume ordinaire avec des remèdes contre le rhume et la grippe; ils n’auront pas d’incidence sur la capacité du corps à se défendre.